Les peuples de la mer et la Tradition primordiale

Hällristningar

Les Peuples de la mer est un nom sous lequel est connu un groupe de peuples de l’âge du bronze qui migrèrent vers le Moyen-Orient vers 1200 av.J.C. Ils naviguèrent le long de la côte orientale de la Méditerranée et attaquèrent tous les peuples jusqu’en Égypte. Il existe peu de documents sur ces peuples qui nous renseigneraient sur leurs origines, leurs noms, et la manière dont ils sont devenus une telle force compacte alors que divisés au départ. D’autre part, les textes anciens racontent souvent l’histoire en partie. L’archéologie aide à comprendre les situations qui peuvent contredire les textes, mais les données provenant des fouilles sont aussi rares dans ce domaine.

Lire la suite Les peuples de la mer et la Tradition primordiale

La Femme solaire, son odyssée

odysseefemmesolairejohandreue

En septembre paraitra le premier volume de notre trilogie, l’odyssée de la Femme solaire. Illustration ci-jointe « la Femme oiseau », Egypte, période pré-dynastique. Nagada, IIa c. 3 500 à 3 400 avant notre ère… La période prédynastique est la dernière période de la préhistoire égyptienne. Elle fait la transition entre le néolithique et la formation d’un État par unification du pays et centralisation des pouvoirs aux mains des dynasties pharaoniques.

Lire la suite La Femme solaire, son odyssée

Nikola Tesla et Fulcanelli : deux génies de l’électricité, deux « illuminati »

nikolatesla

Nicolas Tesla et Fulcanelli se rencontrèrent en 1893 à l’occasion de la Columbian Exposition de Chicago sur le pavillon de l’électricité qui était alors sous la responsabilité de la nouvelle compagnie Westinghouse. L’Adepte en gardera toute sa vie un souvenir ému et puissant. A son retour et quelques années plus tard il adaptera et intégrera certains des procédés de Tesla dans la recommandation des paratonnerres de type « Niagara » en tant que responsable de la société des électriciens de France, un embryon de ce qui allait devenir bien plus tard EDF ! …  Avec son ami Jules Verne, Fulcanelli fut un fervent prophète et visionnaire de l’électricité dont il assura pendant des années le cours aux futurs ingénieurs de l’École Normale Supérieure.

Lire la suite Nikola Tesla et Fulcanelli : deux génies de l’électricité, deux « illuminati »

Odyssée de la Femme solaire en terres atlantéennes

« Lorsque les hommes atteignirent les terres Atlantéennes, le Soleil commençait à filtrer à travers les brumes qui se dissipaient plus rapidement. Alors le Soleil était jaune et bleu. Il agissait par son rayon ultra-violet, la végétation était toute puissante, ardente. La Plante se sursaturait du carbone de l’atmosphère. Des arbres, des buissons, des herbes, montait un grand flamboiement  » aithérique « , l’activité des rayons courbes solaires était grande. La lumière bleue décuplait les forces germinatives. Quels furent les prodiges de cette végétation sursaturée d’eau ? Tout était vert sur la terre ; l’être chlorophyllien exubérait. Le mana végétal ruisselait dans l’âme des êtres ; le monde des plantes enveloppait les terres d’un souffle de rêve, c’était la grande Inspiration intérieure .

La Terre, encore toute imprégnée de la pleine force lunaire, seule dominatrice dans l’atmosphère Lémurienne, se sentait étreindre, métamorphoser par le contact solaire qui la serrait de sa line poussière bleue ; l’ionisation était formidable, le magnétisme de la circulation nerveuse de la l’erre en était profondément modifié… Toute l’âme tellurique résonnait éperdue dans l’espace, les hommes le sentaient, ils cherchaient d’autres réalités. Le Soleil s’éclairait de plus en plus, il devenait le Seigneur sidéral de la Terre, la Lune s’effaçait devant cette jeune puissance élémentaire.

C’est dans une telle atmosphère, dans une telle jeunesse et exubérance de la végétation que se firent les transmutations et les cristallisations intérieures propres à l’édification du Penser. Mors, le grand Etre spirituel de la Plante adombrait la race humaine

odysseefemmesolairecartepostale

L’Odyssée de la Femme solaire, extrait .. à paraitre en octobre 2016

« La Femme est une merveilleuse plante de chair, elle a du Végétal les deux êtres, les deux profondes respirations, comme la Plante elle est chlorophyllienne, comme la Plante elle épanouit sa fleur, elle porte le fruit, elle est verte … »

 

 Avec Simone de Beauvoir, Marija Gimbutas (le langage de la grande déesse), Lotus de Païni (1862-1953) figure au premier plan de ces femmes pionnières dans l’histoire récente du féminisme. Artiste peintre au talent reconnu pour son art de portraitiste, elle peignit la coupole du premier Goetheanum de Rudolph Steiner avant de troquer les pinceaux pour la plume en laissant une œuvre lumineuse dont les lecteurs assidus étaient des auteurs tel qu’André Breton, Henry Miller ou encore René Daumal, figure  importante du « Grand Jeu ». Dans cette étude elle entreprend l’analyse de la plante – autant sur le plan physiologique qu’anthropologique et revisite les races anciennes, atlantéennes selon elle, là où se fonde le matriarcat, avec cette avancée importante : la plante ne précède pas l’animal mais lui succède et l’achève. Il nous faut donc repenser notre rapport avec son mystère qui se confond dès lors avec celui de la féminéité des premières sociétés. Cet être « vert » permettant à l’humanité d’accéder à un palier supérieur est resté encore à ce jour incompris. Nous avons largement commenté et analysé dans la seconde partie ces vues extraordinaires puisées dans les grands lointains de l’humanité naissante par des compléments indispensables sur des thèmes abordés par Lotus de Païni : le paradoxe de la Vierge Mère, nature de l’inceste hiérogamique, le système de parenté dans les premières sociétés matriarcales etc… En vue du passage prochain du Séminal au Féminal il convenait de poser quelques jalons préliminaires pour cette future discipline que sera l’Ecosophie, la seule à pouvoir rétablir notre dialogue avec la Terre.

Pour commander voir ici :

odysseecosmique

Boutique ARL

 

Dreamtime ou le temps du Rêve

aboriginal-australia-derby-indigenous-ceremony-corroborree-canon-5d-ii-ingetje-tadros-1200x575

Vieille de plus de 50 000 ans, (les aborigènes ont pu croiser le « Néandertalien !) la culture aborigène est l’une des plus riches qui soit et sans doute la plus ancienne au monde. C’est aussi l’une des plus complexes puisque chaque tribu a développé sa propre culture (langue, loi, traditions, pratiques, mythologie) à partir d’un patrimoine culturel commun. Quand les premiers colons britanniques ont abordé les côtes australiennes à la fin du 18e siècle, la population aborigène était estimée à près d’un million. Un peuple pour le moins hétérogène puisqu’il comprenait plus de 500 tribus et autant de langues ou dialectes (Kija, Wirangu, Mbabaram, Bayali…). La notion d’aborigène est arrivée avec les colons et désigne les premiers australiens. Aujourd’hui, les Aborigènes d’Australie représentent environ 2% des 22 millions d’Australiens. Une trentaine de langues sont aujourd’hui parlées couramment.

Lire la suite Dreamtime ou le temps du Rêve

Science et hermétisme