Fulcanelli : L’obélisque de Dammartin sur Tigeaux et le basculement des pôles (1)

Pyramide de Dammartin sur Tigeaux

Introduction :

« Porteur ou non d’épigraphe, il suffit de trouver le phylactère sur n’importe quel sujet pour être assuré que l’image contient un sens caché. » Fulcanelli, Demeures Philosophales 11-21.

Là théorie est simple qui divise par la croix le cercle de l’évolution du monde en quatre âges de chacun 600 années et deux grands âges de 1200 années ; et, nous dit Fulcanelli :

« Chaque période de douze cents années commence et finit par une catastrophe. »

Obelisqueseinetmarne

La théorie alchimique de la fin du monde

« La longue étape des sublimations reproduit, en particulier, le déroulement visuel et angoissant du cataclysme universel et de la suprême tribulation. »

Eugène Canseliet, Alchimie Expliquée.

Le but des sublimations est de porter le soleil de l’œuvre au pôle des matériaux afin qu’il rende manifeste ses vertus cachées, cela dans le même temps où s’effectue l’entière purification de la terre philosophale. Or, nous dit Fulcanelli, ce qui se passera à la fin de notre monde se caractérisera par

  • « … la trace hélicoïdale du soleil », Mystère des Cathédrales, ou encore :
  • « … le soleil dans son retournement hélicoïdal », Demeures Philosophales.

Ceci alors qu’il se trouve au zénith du pôle.

En rapport avec cette surprenante course du soleil, reportons-nous à la planche XLV des Demeures Philosophales. Il s’agit de l’obélisque bien connue de la forêt de Crécy. Sur le pôle supérieur (Nord) de la boule terrestre se voit parmi les éclairs de la foudre, une sorte de serpentin métallique qui marque parfaitement le mouvement hélicoïdal du soleil en une action d’ascension et de descension. Nous ne croyons pas qu’il s’agit là d’une éloignée allusion symbolique mais de la description réelle du phénomène, à ceci près que c’est la terre qui bougera et non le soleil.

En rapport avec cette surprenante course du soleil, reportons-nous à la planche XLV des Demeures Philosophales. Il s’agit de l’obélisque bien connue de la forêt de Crécy. Sur le pôle supérieur (Nord) de la boule terrestre se voit parmi les éclairs de la foudre, une sorte de serpentin métallique qui marque parfaitement le mouvement hélicoïdal du soleil en une action d’ascension et de descension. Nous ne croyons pas qu’il s’agit là d’une éloignée allusion symbolique mais de la description réelle du phénomène, à ceci près que c’est la terre qui bougera et non le soleil.

Le passionné d’Alchimie ne sera pas sans avoir appris le rôle essentiel que jouent les ondes dans la marche de l’univers. Ce sont ces eaux supérieures qui provoquent les météores que sont le vent, les nuages, la foudre, etc. Ces ondes que l’artiste matérialise en son vitriol, nous les avons reconnues dans la balance du tableau de Valdès Léal. Ce sont elles encore que l’on peut apercevoir en l’image du Cadran solaire d’Edimbourg (cf. Demeures Philosophales).

« Nous pouvons donc, raisonnablement, regarder ce cadran solaire comme un monument élevé au Vitriol philosophique », Demeures Philosophales.

Les ondes fournissent donc la connaissance de la marche du soleil, comme elles en sont d’ailleurs et plus secrètement le moteur. Ce qui nous permet, sur un cadran solaire, de suivre la marche de l’astre est l’aiguille ou gnomon qui en est l’axe et cet axe est aussi celui de la terre dans le sens Nord-Sud *. Ainsi, chaque cadran solaire est une horloge à la fois terrestre et cosmique sur laquelle le soleil marque l’heure. C’est là que se cache le sens de la parabole du Christ sur les ouvriers de la onzième heure lesquels sont ceux qui vivront à l’ultime période du monde. Après la onzième heure vient midi où le soleil est au zénith. Ainsi lorsqu’il sera midi à la grande horloge cosmique, le soleil

On sait, scientifiquement, que de nos jours, l’hémisphère Nord est devenu dix fois plus radiant que l’hémisphère Sud, cela à cause de la sursaturation des ondes. Dès lors, il n’est pas bien difficile de s’imaginer l’ampleur du cataclysme lorsque dans la sécheresse la plus totale, ces ondes amassées par la folie des hommes se transformeront en foudre ; tandis que le soleil, au zénith du pôle Boréal aura fondu la glace et refoulé la mer dans l’hémisphère Sud. Le lecteur pourrait se demander maintenant comment le soleil peut avoir une marche hélicoïdale. C’est ce que nous allons à présent tenter d’élucider.

Dans la situation normale, la terre tourne autour du soleil en un peu plus de 365 jours et sur elle-même d’Ouest en Est en 24 heures, donnant aux hommes l’illusion que le soleil se lève à l’Est et se couche à l’Ouest en un mouvement circulaire. Dans cette situation, et de par l’inclinaison de l’axe de la terre, nous avons quatre saisons en Europe. La succession du jour et de la nuit, la mer, les vents, les pluies et de nombreuses autres causes évitent aux contrées qui ont le soleil à leur zénith d’être calcinées. Enfin, et ceci est important, la course de la terre au tour du soleil n’est pas circulaire mais elliptique.

oblelisque

à suivre …

Advertisements