Finis Gloriae Mundi : l’heure de la vérité

Finis Gloria Mundi : En 1923, Fulcanelli confie à son unique disciple, Eugène Canseliet, trois paquets scellés à la cire avec trois titres : Le Mystère des Cathédrales, Les Demeures Philosophales et Finis Gloriae Mundi avec mission de parachever la rédaction des notes importantes de ces ouvrages et de les publier.
. . .

Si Le Mystère des Cathédrales voit le jour en 1926 et Les Demeures Philosphales en 1930, le Maître exige le rendu de son troisième ouvrage. Finis Gloriae Mundi ne doit pas paraître. Aux trois paquets scellés de cire, le Finis Gloriae Mundi entendait lui briser les 7 sceaux du livre de l’Apocalypse.

En fait ce fameux troisième livre qui a suscité tant d’interrogation et fait couler tant d’encre était en réalité une oeuvre de jeunesse, disons une oeuvre de mi parcours et c’est pourquoi le Maître qui était sur le point de publier une théorie révolutionnaire de la terre (confirmée seulement il y a à peine une dizaine d’années et encore en débat) décida de le reprendre afin d’y apporter les compléments et corrections qui s’imposaient. En réalité, la partie reprise était la composante scientifique quint-essentiale de ses recherches, celle sur lesquelles il aura travaillé toute sa vie. On peut dire que si le Mystère des Cathédrales puis les Demeures Philosophales ont été rédigé à un âge mur, le Finis Gloriae Mundi fut l’oeuvre d’une vie et commencé très tôt. Pourquoi ?  c’est ce que nous allons vous expliquer avec les notes et documents inédits afin que vérité soit faite et que les sceaux brisés nous permettent d’ouvrir la dernière page en forme d’épilogue de ce livre qui de muet deviendra furieusement loquace et disert.  Nous aurons l’occasion de nous expliquer plus amplement sur ce sujet.  JK

FULCANELLI

au soir d’une vie bien remplie, le Maître attablé et absorbé par la rédaction de ses différents ouvrages, ceux là mêmes que nous commentons à loisir aujourd’hui !..  Nos illustrations sont l’œuvre d’artistes émérites, il est possible d’en demander des tirage à part  (archives privées JK)

Preuve que mes écrits bousculent certaines (mauvaises) habitudes, je dois faire face à des  agissements indélicats à mon encontre – sans doute que je dérange plus que de raison et je pense avoir mis à mal le nid douillet dans lequel certains avaient installé une officine des plus  lucrative – au travers de pauvres pantins baptisés hâtivement du nom du Maître.  Il est simplement consternant de voir des personnalités connues dans ce microcosme porter un quelconque crédit à des thèses hautement fantaisistes et inconsistantes comme celle récemment émises autour d’un certain Paul Decoeur pour lequel un soi disant « colloque » a été organisé à grands frais et surtout aux frais des gogos qui ont bien voulu participer à cette mascarade. Ce pauvre Decoeur pour ma part me fend le coeur  en raison du ridicule des arguments avancés !   JK

ban-republiquehelio

Publicités