La Femme solaire, introduction aux concepts de travail

uluruA la croisée de diverses problématiques telles que la question de la Technologie : maintenant que celle-ci a étendu son emprise sur la totalité du vivant, allons nous voir émerger d’autres horizons où va telle assécher l’Humanité et l’absorber dans sa sphère, la question de l’Humanisme : devons nous  enfin admettre à la suite de Martin Heidegger que l’Humanisme ne pense pas de façon suffisamment radicale l’essence de l’Homme, la question de notre rapport avec le reste du vivant et notamment du monde animal : l’Homme fut sans aucun doute le prédateur le plus redoutable de tout le règne du vivant, pourra t-il lui même survivre à l’éradication du reste du monde animal (terre et océans) ? et enfin la question de la destinée et des buts et fins de la sexualité. L’humanité est certainement entrée dans une phase inégalée de surchauffe que Gilbert Simondon qualifierait de « métastable », phase préalable à toute mutation. Bien des frontières, autrefois claires et distinctes, sont aujourd’hui brouillées. Il convient d’y voir plus clair et de faire table rase d’un certains nombres de préjugés ou idées reçues.

La Femme solaire ou la dernière mutation de l’Occident. L’expression  » la femme est l’avenir de l’homme  » ne doit pas nous faire oublier non plus qu’elle fut aussi son passé lors du néolithique. L’homme est-il condamnée à n’être que le passage obligé entre deux matriarcats ? ou doit on s’attendre à des mutations plus profondes qui nous ferons passer du matriarcat au patriarcat puis à ?.. andriarcat ? par exemple … On ne peut en tout cas comprendre l’Occidentalisation du Monde – et corrélativement son refus par certains traditionalistes religieux – sans l’émergence parfois inquiétante d’une féminité qui déborde les frontières habituelles de nos conceptions sexuelles ou du rôle des uns et des autres. Notre monde s’androgènise progressivement : c’est le syndrome de l’hippocampe qui est est également étudié dans cet essai. La fin du patriarcat signera t-elle aussi la fin des religions au profit de l’émergence d’une nouvelle sacralité à ré-inventer ? d’autres questions également sur le rôle de la technologie (Derrida avait employé le néologisme de phallo-logocentrique) dans la perspective amorcée par Martin Heidegger de la raison « arraisonnante » et la dé-vastation en cours du monde.

Pour commander, voir ici

 

Publicités