Le Magistère adeptal de la Reine Christine de Suède

Christina_of_Sweden ARL

Une introduction à des aspects méconnus de l’Alchimie en Suède et au Danemark au XVIIème siècle. le fond de la bibliothèque alchimique de la reine Christine de Suède se trouve aujourd’hui à Leyde aux Pays Bas, c’est l’un des plus important legs de manuscrits rares que celle-ci a laissé à sa mort.

La reine Christine (1626-1689) fut couronnée à 24 ans en 1650. Parlant le français, elle eu des rencontres régulières et enrichissantes avec les philosophes. Ainsi elle fut la protectrice de René Descartes et conversait avec Blaise Pascal. Descartes voulait rencontrer les Roses+Croix, et nul ne sait si sa découverte fut couronnée de succès. Le philosophe décéda à Stockholm, mais une rumeur tenace affirme qu’il eut des obsèques simulées et qu’en réalité il s’était retiré en Laponie. C’est un on-dit fréquent chez les alchimistes. Nicolas Flamel n’en fut pas exempté… La reine Christine non plus !

Aujourd’hui de nouvelles recherches ont permis de découvrir la correspondance relatant les activités au laboratoire du Philosophe. C’est à cet égard totalement incontestable !

« La célèbre Christine-Alexandra, Reine de Suède, après avoir renoncé au Règne, et embrassé la Religion Catholique Romaine, en 1655, choisit cette cité pour son séjour, dans laquelle elle s’appliquera entièrement à protéger les Sciences, les Lettres, et les Beaux-Arts, jusqu’à 1689, où elle cessa de vivre. Parmi ses occupations, elle voulait aussi tenter de découvrir l’Art tant vanté, et jamais trouvé, de faire de l’Or. C’est pourquoi elle fit construire, dans sa propre demeure, plusieurs laboratoires, invitant les amateurs d’un tel Art, à y passer faire leurs opérations, leur fournissant tout ce qui est nécessaire pour les accomplir.« 

La celebre Cristina Alessandra, Regina di Svezia, dopo di aver rinunciato il Regno, ed abbracciata la Religione Cattolica Romana, nel 1655, scelse per suo soggiorno questa Città, ove si applicô interamente a proteggere le Scienze, le Lettere, e le Belle Arti, fino al 1689, in cui termino di vivere. Fra le sue occupazioni volle ancora tentare di rinvenire l’Arte cotanto decantata, e non mai trovata di far l’ Oro. On de fatti costruire nelle propria abitazione vari Laboratori, invite, i Dilettanti di una tal’Arte, ad andare a fare in essi le loro operazioni, somministrando loro, quanto occorreva per eseguirle.

couvchristinedesuedeAu sommaire :

  1. René Descartes, philosophe et R+C : les preuves !
  2. L’alchimie en Suède et au Danemark : les médailles de transmutation
  3. Le marquis de Palombara et le décryptage de la porte magique
  4. Les rencontres de Hambourg, Ole Borch
  5. Un pèlerin de passage : François Borri
  6. L’Académie Clémentine
  7. L’Herbe de transmutationcahiersluxinarcana
Advertisements