TCI : Communiquer avec son animal disparu

couv_comUn témoignage bouleversant sur une expérience unique à ce jour !

Interview par les éditions Post-Scriptum de Nicole Deruisseau à propos de la parution de son livre « Communiquer avec son animal disparu« .

Dans les yeux de l’animal, le regard que nous croisons semble nous renvoyer à nous mêmes et à nos propres angoisses. En effet, le monde animal nous parait si proche et pourtant si lointain de notre humanité… Certes, on se demande parfois, aux vues des faits qui nous sont rapportés si l’animal ne surpasse pas l’homme en intelligence et en sentiment.

nicoleEssayons d’y voir plus clair. Allan Kardec nous dit : « Au physique, l’homme est comme les animaux, et moins bien pourvu que beaucoup d’entre eux ; la nature leur a donné tout ce que l’homme est obligé d’inventer avec son intelligence pour ses besoins et sa conservation ; son corps se détruit comme celui des animaux, c’est vrai, mais son Esprit a une destinée que lui seul peut comprendre, parce que lui seul est complètement libre » .

Bien, donc l’homme est semblable en nature par le physique et non par l’Esprit, mais pouvons-nous parler d’instinct ou d’intelligence
« Outre l’instinct, on ne saurait dénier à certains animaux des actes combinés qui dénotent une volonté d’agir dans un sens déterminé et selon les circonstances. Il y a donc en eux une sorte d’intelligence, mais dont l’exercice est plus exclusivement concentré sur les moyens de satisfaire leurs besoins physiques et de pourvoir à leur conservation ».

PS : Comment avez-vous eu l’idée de faire ce livre ?
En fait ce n’est pas moi qui en ai eu l’idée, contrairement au premier livre.
A cette époque là en 2001, c’était plutôt un « challenge » lancé en blaguant par ma médium et moi « est si on faisait un livre de tout ce qui nous est arrivé avec Nicolas ? ».
Nous avons commencé le jour même en nous remémorant nos communications, en réunissant les notes que je prenais alors pour chaque contact. Ce livre était vraiment raconté par moi, avec quelques petites phrases de Nicolas récoltées avec le système du verre (oui/ja).
Pour le Livre de Carpette : je n’ai jamais eu l’idée par moi-même de faire ce deuxième livre. Plusieurs fois au cours de nos communications par le pendule, Nicolas, Carpette, mon papa et mes amis, m’ont suggéré d’écrire ce livre pour expliquer ce qu’il se passait après la mort, et chez eux, dans l’Au-delà.
Nicolas m’a persuadée une dernière fois, en janvier 2009 après une tentative ratée de transcommunication (enregistrement des voix), à réessayer l’écriture automatique. Il me disait que par cette façon il pourrait nous expliquer plus en profondeur tout ce que tous doivent savoir sur la vie après la mort, pour tous, les humains et les animaux. J’ai commencé l’écriture automatique avec leur aide et durant tout le mois de janvier j’ai pris, sous leurs dictées, leurs communications pendant 1 à 2H/jour et je recopiais le soir, une fois reposée.
L’idée est venue d’eux et ils m’ont convaincue qu’avec de telles révélations, énormément de personnes seraient soulagées. Je n’ai pas hésité… j’avais eu et ai encore tellement de témoignages de lecteurs pour le livre « Lettres de Mon Fils »… il n’y avait même pas à hésiter !

SAMSUNG DIGITAL CAMERA
L’auteure : après avoir travaillé comme cadre auprès de différentes compagnies internationales à Bruxelles, Nicole Deruisseau décide avec son fils de profiter d’une vie plus saine et de s’exiler au Sénégal où ils construisent entre Fleuve et Océan leur petit hôtel sur le sable, leur paradis, l’Oasis. Malheureusement Nicolas décède électrocuté en août 1998 et Nicole poursuit seule la gérance de leur hôtel. Elle y passera 9 années entourée de ses animaux, employés, amis, connaissances, clients et surtout avec l’amour de sa petite chienne Carpette. Très vite elle entre en communications avec Nicolas et publiera son premier livre  » Lettres de Mon fils  » en septembre 2001, pour faire connaître à tous, par ses témoignages, ce cadeau divin qui lui a été donné, cet immense espoir en la vie après la mort.

PS : Pourquoi avez-vous pu, VOUS, communiquer avec l’Au-delà ?
C’est encore la question que je pose régulièrement à mon fils et à Carpette. Pourquoi moi ? Beaucoup communiquent, certains en parlent de plus en plus, écrivent leur
« aventure ». D’autres le font et n’osent pas en parler souvent par peur : la mort est encore un sujet tabou, alors la vie après la mort !
Moi franchement, je n’ai pas peur de la mort, ni surtout de ce que pensent les gens (en négatif).
Je réalise que sûrement j’avais cette faculté, ce don en moi, mais que j’ai, bien sûr reçu un immense cadeau divin afin de pouvoir arriver non seulement à communiquer mais aussi à faire ce livre, avec l’aide de l’Au-delà, seule je n’aurais même jamais imaginé ! Je pense que beaucoup d’autres personnes doivent avoir ce don. Il faut essayer surtout en respectant certaines règles… mais ne pas avoir peur. Ce don peut aider et soulager tellement de monde, eux en premier lieu.

Saint-Louis
Saint Louis du Sénégal

PS : Vous considérez-vous comme une privilégiée ?
Oui bien sûr, mais encore une fois ce don peut se retrouver chez d’autres qui l’ignorent. Avoir un tel don est un privilège par tout ce qu’il apporte pour nous et pour les autres (le bonheur du contact avec nos êtres aimés dans l’Au-delà !). Je suis sûrement jugée parfois comme une « illuminée » aussi par certains, mais qu’ils pensent ce qu’ils veulent, cela ne m’atteint pas. Notre but lui est atteint, le livre est terminé, l’espoir et l’amour distribués.

PS : N’avez-vous pas peur de la réaction de certains détracteurs ?
Franchement ? Non, je m’en fiche. Je vais vous dire que jamais je ne me suis occupée du « qu’en dira-t-on », je vis ma vie le mieux que je peux en essayant de ne nuire à personne, d’aider et d’aimer. Je n’oblige personne à y croire. Nicolas et Carpette non plus d’ailleurs. Si certains ne sont pas d’accord avec ce qui a été dicté, c’est leur problème. C’est dommage pour eux !
Ce qui m’importe, c’est la joie, l’espoir, l’amour qu’il apportera à tous les autres lecteurs qui sont dans le besoin de savoir, qui l’apprécieront et auront l’espoir d’un Au-delà où tous humains et animaux vivent ensemble, et surtout les attendent.
C’est ça le but du livre !!!

nicolepress bookPS : Comment vous êtes-vous intéressée à l’ésotérisme ?
Nous vivions en Afrique quand j’étais petite (1951 à 1960) et pour une fancy-fair ma maman avait choisi d’être « Madame Blanche Diseuse de Bonne Aventure ». Pour ce faire elle avait travaillé, étudié le tarot du « Petit Lenormand » et sûrement avec un don qu’elle avait en elle, qu’elle a développé, elle est arrivée à être une très bonne cartomancienne.
Au début de mon mariage, je lui avais demandé de me faire les cartes (ce qu’elle refusait généralement pour ses proches) ; ce qu’elle m’a dit à cette époque alors que j’étais mariée depuis un an… s’est malheureusement révélé exact (mon divorce 8 ans après).
J’ai toujours été attirée par les cartes et consultait régulièrement des voyantes. J’oubliais carrément, je ne tenais pas compte de ce qu’elles me disaient et surtout continuais à agir comme je le voulais. Je n’avais que du positif, jusqu’au jour un peu avant mon départ pour le Sénégal, où elle m’a dit que je terminerais la seconde partie de ma vie seule. J’ai pensé sans homme, et je lui ai dit « ça ce n’est vraiment pas grave ».
En fait elle parlait du décès de Nicolas, j’allais avoir 50 ans !
Ma maman m’avait confié quelques temps avant notre départ pour le Sénégal ses cartes tarot ainsi que sa « bible » (ses notes d’études prises au fur et à mesure qu’elle pratiquait).
Après la mort de Nicolas, j’ai essayé, j’ai beaucoup étudié, travaillé, noté et j’y ai pris goût et confiance surtout que je parvenais à faire de bons tirages. Depuis 2006 je n’y ai plus touché. Il faut avoir l’esprit clair, toute la concentration et mon esprit ne l’était pas, il y avait des problèmes professionnels, de santé, ensuite mes déménagements, le livre… mais je m’y remettrai, j’aime trop cela, ne fut-ce que par plaisir, pour moi.

PS : Pour vous l’ésotérisme c’est quoi ?
Jamais je n’avais été intéressée par ce sujet. Je ne le connaissais même pas. A la mort de mon fils, mes amies m’ont fait parvenir une valise de livres traitant tous de la vie après la mort. J’ai alors fait la connaissance avec les différentes façons de communiquer avec les esprits.
Si d’autres y parvenaient, moi aussi je devais y arriver, j’y arriverais !
Et j’y suis arrivée : j’ai commencé à utiliser le système du verre (oui/ja) puis le pendule, la TCI et finalement l’écriture automatique. Nous sommes catholiques mais nous n’étions pas pratiquants. Depuis la mort de Nicolas, je crois qu’il y a un Maitre, un Dieu : sans lui je n’aurais jamais pu communiquer avec eux.

PS : Continuez-vous les communications avec votre fils ?
Oui, régulièrement. Vivant seule avec ma petite chienne, la copie conforme de Carpette, quand j’ai un problème, des doutes, une question spécifique en tête, j’appelle mon fils. Par lui et par ma petite chienne aussi, j’ai la possibilité de parler à mes parents, à mes amis décédés et à mes animaux. Je passe toujours par Nicolas ou Carpette.
PS : Qu’est-ce que cela vous apporte ? Est-il sain de continuer ces communications ?
Je ne vois pas pourquoi cela ne serait pas sain, (pour autant que je n’appelle personne d’autre que mon fils), tant qu’il m’accorde sa confiance, son temps et son amour en communiquant avec moi.
Il me l’a souvent répété, ils seront là pour moi tant que j’en éprouverai le besoin, ils me guident, me conseillent, m’encouragent, je suis libre de suivre ou non leurs conseils, je suis libre de mes décisions. Il est vrai que quelque fois je ne vais pas dans le sens conseillé (étant un peu têtue). Ils sont là avant tout pour me faire réfléchir sur mes décisions, me montrer autre chose, me laisser faire une bêtise et me faire entendre que j’ai eu tort, et souvent je reviens à leurs conseils. Je dois avant tout faire mon chemin moi-même !
Cela m’apporte tout d’abord énormément d’amour, de réconfort, de confiance en moi, de courage. Je ne suis pas seule.
J’ai toujours fait comme je le pensais, maintenant ils me confortent ou pas dans mes idées, dans ma vie. C’est un réel trésor, un immense bonheur. Cela n’est pas non plus une dépendance : je peux rester des semaines sans les appeler, par contre il y a des jours ou je peux appeler plusieurs fois. Ils ont toujours été là.

PS : Pensez-vous écrire un troisième livre ?
Alors là non, pas du tout, du moins pas à ma connaissance. Mais l’avenir nous réserve toujours des surprises n’est-ce pas… Alors qui sait ?

PS : Que conseillez-vous après ce livre, aux lecteurs ?
Comme je l’ai toujours pensé, vivre sa vie comme on peut d’abord, mais aussi comme on veut en essayant de ne blesser personne, en donnant le plus possible d’amour, de bonheur autour de soi, en écoutant les autres, en étant tolérant… La vie n’est pas facile, souvent amère même pour certains. Mais surtout il faut bien se dire que la vie ici sur terre n’est qu’un passage.
Qu’après nous vivrons notre vie dans l’Au-delà plus belle que celle d’ici et que nous y retrouverons tous ceux que nous avons aimés ici-bas, humains et animaux.
Qu’ils sachent aussi que tous (la plupart du moins, selon la vie menée sur terre), ont trouvé le bonheur dans ce paradis d’amour et de joies, ils y vivent heureux et les y attendent.

anubisCommander le livre ici

boutique arl

Publicités