Les Maitres secrets de Fulcanelli : M.A. de Nantes ou Pierre-Aristide Monnier

pornichet
La famille de l’Adepte en villégiature au Pornichet près de la Baule, l’Adepte tient l’appareil.

Ces derniers temps il a été question du Maitre secret de l’Adepte et son nom jeté en pâture au public, pour l’un d’entre eux il est exact de citer Pierre-Aristide Monnier dont le nom de plume était aussi M.A. de Nantes (soit Maitre Artiste). Lui même signait Pierre-Aristide Monnier de Notre Dame du Frêne car natif des bords de la Loire. Il est l’auteur d’un curieux ouvrage « Clefs des Œuvres de Saint Jean et de Michel de Nostredame », (1872) ouvrage mêlant à la fois l’hermétisme et les visions prophétiques de Nostradamus. Ainsi qu’il l’explique « le monument des Centuries a trois enveloppes qu’il faut pénétrer pour arriver jusqu’à lui et le ressusciter; la première est de marbre, la deuxième d’or et la troisième de diamant« . Il liait de façon inhabituelle la recherche de la Pierre à l’avènement du Grand Monarque. Cet auteur dont on sait très peu de chose sinon son influence sur Fulcanelli souffrait d’une apophyse sinueuse de la colonne vertébrale. En 1883, il fera paraitre une suite sous le nom de « Résurrection merveilleuse de Michel de Nostredame, traduction de la huitième Centurie »

Dans cet ouvrage et un peu à la façon de Pernety, il aborde la tradition alchimique en mode analogique avec les mythes premiers de l’humanité, les fables grecques et égyptiennes afin d’en pénétrer le sens décisif. On y retrouve de nombreux thèmes développés par Fulcanelli qui en avait sans aucun doute pris connaissance. Mais avait-il pour autant connu l’homme et reçu auprès de lui une formation ? Il semble que oui et d’ailleurs ceci expliquerait bien des choses… d’une part le choix de certaines demeures en Charente maritime et une vision eschatologique dont on trouve ici les ferments. Pierre-Aristide Monnier était un royaliste et de plus légitimiste attendant le retour du grand monarque, en l’occurrence le comte de Chambord sous les traits d’Henri V. Pour sa part l’Adepte fait preuve de plus  de nuance mais nous savons qu’il ne désespérait pas d’un retour hypothétique d’un providentiel Napoléon IV …. habitant lui même la demeure de l’un de ses plus fidèles compagnons de captivité, et nous parlons ici de Napoléon 1er.

C’est lors de ses séjours à Pornichet ou à La Baule que l’académicien trouvait un peu de repos et pouvait alors s’entretenir avec l’auteur des « Clefs ». Tous deux avaient en commun la passion du grec, langue qu’ils maitrisaient parfaitement avec l’aide du dictionnaire grec de Chassang !..

pierre-aristide monnier
Pierre-aristide Monnier, l’un des maitres de Fulcanelli mais l’un des maitres seulement !… Il signait également sous le pseudonyme d’Alcyon

Pierre-Aristide Monnier est également l’auteur d’un livre « Le Pouliguen et ses environs ». Pouliguen signifie baie blanche et il aura l’occasion de commettre de nombreux commentaires sur cette blancheur qui caractérise la côte comme le drapeau revendiqué par le Comte de Chambord ! le fameux iris  de l’oeuvre au blanc ! M.A. de Nantes conclue ses « Clefs » en citant l’un des quatrains de Nostradamus à propos de la pierre philosophale aboutie «  de nuict par Nantes l’iris apparaîtra » (II, 44). Plus prosaïquement, le choix des lieux s’explique en partie par la femme de l’Adepte qui était originaire des côtes d’Armor et possédait ainsi des liens familiaux allant de la Baie de Saint Michel aux marais salants de Guérande. Nous aurons l’occasion de développer ces points dans l’ouvrage terminal de notre Opus Apostolat hermétique et logis sapientiaux.

le-pouliguenPierre-Aristide Monnier dans son livre « Le Pouliguen et ses envion » nous livre sa méthode hétérodoxe si l’on en juge, en effet dans cet ouvrage il affirme l’hypothèse avancée par d’autres chercheurs, suivant laquelle l’ancienne île de Batz aurait été habitée dans l’Antiquité par des femmes exaltées, les Samnites ou Sannites dont certains ont supposé qu’elles étaient originaires de San (Tanis) en Égypte rapport à la coiffure particulière qu’arborèrent leurs lointaines descendantes du village voisin de Saillé. L’auteur qui cite cette hypothèse sans pour autant la retenir, pense que les prêtresses d’Éleusis auxquelles devaient se rattacher les prêtresses Samnites devaient tenir cette coiffure des prêtresses d’Égypte. Monnier s’attarde également sur le nom ancien de Batz, qu’il écrit Baf-Montroi :

« Batz, écrit au IXe siècle (Cart. de Redon) Baf – Baf-Montroi et non bafus. Baf viendrait du grec βαφη, immersion, βαθεις βαθυς, (bathus), immergé. Montroi de μονη, μονιμος de μενω, attendant de pied ferme, stable ; τρωσιν, le dommage, ce qui signifierait : terrain immergé défiant par sa stabilité les coups de la mer. »

Ce qui n’est pas sans rappeler une lecture baphométique qui fut celle avancée par Fulcanelli lui-même.

Nostradamus

Centuries de Nostre Dame : 6:44

  1. De nuict par Nantes L’yris apparoistra,
  2. Des artz marins susciteront la pluye:
  3. Arabique goulfre, grande classe parfoudra,
  4. Un monstre en Saxe naistra d’ours et truye.

Interprétation donnée :

Un « arc en ciel » de feu se dessinera dans la nuit de Nantes, une pluie de bombes viendra de l’océan. L’iris pourrait aussi sous-entendre : un roi qui apparaît près de Nantes ou un pays qui a pour emblème la fleur Iris comme le Québec ou autre. Une grande armée sera coulée dans le golfe Arabique (Persique), (début du prochain conflit ?).

En Allemagne du Nord, un cruel tyran né d’une alliance entre la Russie et un pays symbolisé par une truie (?) fera des massacres et des actes impurs.

à suivre ici …

 

enHeliopolis_3
Il ne s’agit pas du tombeau de Nantes mais d’une demeure philosophale que le Maître n’a pas voulu révéler au public, nous en donnons l’explication et la description dans notre troisième ouvrage car elle est « la CLEF » de toutes les autres.
Publicités