Le code secret de la Salamandre retrouvé

secret-salamandre

salamandre-françois1er

EN HELIOPOLIS III
Le secret de la salamandre

Jusqu’à présent personne ne s’est soucié du pourquoi de la forme italienne du nom adopté par l’Adepte, ce qui montre à l’évidence la légèreté avec laquelle les études ont été faites et de leur manque de crédibilité. Il nous faudra donc refaire le chemin inverse de ce dernier, chemin qui nous amènera dans les parages des académies alchimiques telles qu’elles virent le jour à Florence puis à Milan. Celles-ci s’acclimatèrent en France suite aux campagnes militaires de Louis XII et de son successeur François 1er qui va adopter le pendant de la guivre milanaise, à savoir la Salamandre…

blason visconti

Dans ce troisième opus de notre travail, après l’entourage intime décrit dans le second volume, nous abordons le dernier niveau et précisons le contexte dans lequel l’Adepte à évolué. Nous aurons ainsi l’occasion de rejoindre le cercle des grands initiés qui furent à la source des enseignements reçus par le Maitre, la confrérie des amis du manteau bleu ainsi que la définissait Fulcanelli « l’azur du ciel et son grand soleil qui couvre vos épaules » …

Qui étaient-ils et comment procédaient-ils ? Comment se reconnaissent-ils ? Après la biographie de l’Adepte nous abordons le projet dans sa globalité et les liens subtils et complexes qui unissent l’ensemble des logis décrits au travers des deux ouvrages publiés, tous réunis selon un canevas formant grimoire. La voie gothique s’étant révélée être une impasse l’Adepte a suivi un autre fil conducteur. Ces fils multiples forment un canevas dont nous n’avions perçu que l’envers échevelé. En le retournant la tapisserie révèle son véritable visage et pour la première fois l’unité admirable du projet prend forme et donne un tour nouveau jusqu’à présent inaperçu : la permutation des formes par la lumière disait l’Adepte mais aussi la permutation des symboles par la personne qui l’a habité, pour la première fois révélée.

ban_heliopolisPour commander ou souscrire, cliquer sur la bannière

Deux figures majeures plus un auteur – François Rabelais – vont nous éclairer de leur lanterne, une famille illustre à l’ombre des Rois et Reines de France, et un homme que nous découvrons dans sa véritable dimension, à savoir un certain Depol dont le nom a subi quelques transmutations avant de devenir Saint Vincent de Paul pour les besoins de l’histoire ! Dans cet ouvrage nous exposons également les véritables enjeux du Finis Gloriae Mundi et sa raison d’être. Dès lors tout est mis en perspective et permet de comprendre aussi les raisons pour lesquelles ce manuscrit fut repris par l’Adepte en vue d’une ultime correction que la mort interrompit en 1923. La dernière demeure philosophale, sans doute la plus importante de toutes car elle en détient tout le code et les clefs qui permettent de comprendre les enjeux qu’elles forment entre elles selon le code de la Salamandre, est également décrite pour la première fois. Comme pour le Finis Gloriae Mundi elle ne fut jamais citée par le Maitre, nous en donnons l’explication. Au final il apparait que le disciple de Savignies avait déjà beaucoup dit mais du bout des lèvres. Ici les pièces du dossier sont donc mises à disposition du public éclairé afin qu’il soit juge de cette ultime vérité livrée par l’Adepte. L’ouvrage est comprend un glossaire accompagné d’un cahier photos. JD (FCH)

manteau bleu
Manteau de l’Adeptat

Advertisements