Alchimie et Pouvoir, le sceptre et le caducée

republiqua

Le sceptre et le caducée …

Le pouvoir de l’Alchimiste est résumé dans le bâton d’Hermès, qui fut repris sous la forme bien connue du caducée aujourd’hui symbole de la pharmacie et des infirmiers. Bien que très proche il ne faut toutefois pas confondre le bâton d’Asclépios (un seul serpent entourant un vase) avec la baguette d’Hermès et sa double hélice serpentiforme. Évidemment ceci n’est pas sans rappeler la double hélice de l’ADN, avec l’enroulement des deux serpents entrelacés : pouvoir de la Vie éternelle et pouvoir de jouvence lié à la Pierre des Sages dont le modèle est octaédrique, plus précisément étoilé (Sundial d’Holyrood) signalé par l’Adepte. Si l’octaèdre cristallin a retenu l’attention de certains hermétistes c’est en raison de sa structure vibratoire forte créant un champ suffisant sans lequel la transmutation ne saurait avoir lieu. A ce titre l’alchimie fut qualifiée et n’eut d’autre but que celle de la Médecine universelle. Il suffit de se reporter à la baguette pour comprendre que chacun des serpents représente le mercure philosophique et le soufre philosophique, réunis au moyen du sel philosophique (la baguette). Ce sont les véritables clés permettant d’obtenir la médecine universelle, sensée pouvoir guérir toute maladie humaine, y compris la vieillesse).

Pouvoir sur l’énergie par l’acquisition de la pierre multiplicative. On le sait, l’alchimie selon Canseliet c’est la transmutation à faible énergie sans avoir recours aux gigawatt des super accélérateurs. Tout au long de son histoire et à intervalles réguliers les alchimistes ont pu ainsi démontrer leur art par de spectaculaires transmutations – parfois publiques – concrétisées sou forme de médaille en souvenir de l’évènement, ainsi de la médaille frappée en l’honneur de la naissance du Prince George-William de Brandebourg-Bayreuth le 16 novembre 1679. mais il y en eut tant d’autres !…  Un des secrets de la transmutation résidant dans l’exacte connaissance des points de fusion des métaux appelés à être utilisé en comparaison du point de fusion de l’Or (1076 ° C), soit le secret des bains de Diane. C’est par cette voie que l’énergie excédentaire peut être utilisée en vue de son efficace transmutatoire (mais c’est un autre sujet). L’Adepte Fulcanelli passa de nombreuses années à cette étude avant d’entreprendre son voyage, pour preuve les notes que nous avons pu consulter.

medaillecote_fulcanelli

L’œuvre au noir : ou comment tuer le Vif et ressusciter le Mort. Avant de conclure par l’œuvre au Rouge il convient pour le pèlerin d’opérer sa traversée des enfers, car c’est ainsi que pourra se faire la métamorphose du soufre vulgaire en soufre solaire. De nombreux marrais l’attendent où il est facile de s’embourber. Ils font de cette traversée un péril que Dante a parfaitement décrit en fin connaisseur (chant huitième, inferno Canto octavo). De façon sibylline il nous délivre son enseignement singulier dans la maitrise de l’Art des feux. Le tout se résumant à cette formule arcanique qui est de blanchir le noir puis rougir le blanc !…

Reste le dernier pouvoir et de loin le plus haut puisqu’il mène à l’Adeptat : c’est le Don de Dieu (Donum Dei) qui n’est autre que celui de la Grâce.  à suivre dans le livre second de l’Opus.

 

caducee

« Frères Alchimistes, qui après nous œuvrez, n’ayez l’heure contre nous assombrie, car si conseil de nous besogneux prenez, DIEU donnera plus tôt à vous toute MAITRIE« 

François Villon

Publicités