Archives pour la catégorie Kaleidoscope

Cabale Solaire, impressions d’Afrique etc…

Pour un pauvre O d’aphone éclos sur une ardoise

affiche_chatnoir2

Pourquoi consacrer une trilogie à Fulcanelli ?

Lire la suite Cabale Solaire, impressions d’Afrique etc…

Publicités

Voyages en Kaleidoscope (3) le lessivage des sels

kali

De l’acide vitriolique : Il n’aura échappé à personne que la couverture du livre s’adresse ou met en évidence le personnage principal du livre, Gilly, à savoir le dissolvant universel (voir article sur le sabot)

alkaest

Kali, Kalei : il s’agit évidemment de l’alcali ou alkaest.Traditionnellement, un alcali (de l’arabe al-qâly, c’est-à-dire la plante nommée soude) désignait la potasse, la soude ou le carbonate de sodium et l’ammoniaque. En chimie moderne, les alcalis constituent une sous-classe des bases. Les alcalis désignent les bases qui se dissolvent dans l’eau en donnant l’ion hydroxyde HO1 2 3 4

Le Maitre y fait référence au travers de la planche IX de l’édition originale du Mystère des cathédrales illustrée par Julien Champagne. Elle comporte deux médaillons, respectivement intitulés Le Corps Fixe et Les matériaux nécessaires à l’élaboration du Dissolvant.

Lire la suite Voyages en Kaleidoscope (3) le lessivage des sels

Voyages en Kaleidoscope (2) ou l’alphabet de la lumière

Pearl White - c. 1915-1920A la fin de sa vie, l’adepte se prit de passion pour la photographie et fut le président du premier comité de cinématographie alors en plein essor. C’est à ce titre qu’il s’intéressa de près au roman d’Irène Hillel- Erlanger qu’il rencontra sans doute dans le cadre de ses activités, ce qui permit à cette dernière d’avoir accès une meilleure connaissance du Maître et de faire ces intempestives réflexions !…

Lire la suite Voyages en Kaleidoscope (2) ou l’alphabet de la lumière

Voyages en Kaleidoscope (1)

voyages_kaleidoscopie

ou faire vibrer le cristal ..

Voyages en Kaléidoscope : Inventé par le physicien écossais Sir David Brewster en 1816 alors qu’il faisait des expériences sur la polarisation de la lumière, le kaléidoscope (de « beau » et « voir » en grec) a connu un grand succès en tant que « procédé » à la fois littéraire et conceptuel. Les mouvements surréalistes et dadaistes se sont emparés du procédé comme outil de déconstruction et de reconstruction engendrant une nouvelle idée : les fameux collages intempestifs. L’ouvrage d’Irène Hillel-Erlanger paru en 1919 donne des indications sur les relations entretenues avec l’Adepte Fulcanelli avec qui elle partageait à la fois certains amis et certaines préoccupations au sein d’un milieu artistique parisien. Nous aurons l’occasion de dire lesquels et pourquoi. La couverture du livre montre des bobines de film telles qu’elles sont mises sur le socle de l’appareil de projection, encore une fois : la transformation des formes par la lumières et le rayonnement diffracté du « X ».

Lire la suite Voyages en Kaleidoscope (1)