Archives pour la catégorie Cabale solaire

Kabbale et Franc-maçonnerie : les trois colonnes

Jakin et Boaz sont, selon la Bible hébraïque, les noms des deux colonnes d’airain fabriquées par Hiram et placées par le roi Salomon à l’entrée du Temple de Jérusalem (Premier livre des Rois 7,13-22) : « Le roi Salomon […] dressa les colonnes dans le portique du temple ; il dressa la colonne de droite et la nomma Jakin ; puis il dressa la colonne de gauche et la nomma Boaz. »

Les deux colonnes sont en fait un héritage du symbolisme égyptien lié aux pylônes figurant à l’extérieur du Temple surmonté d’une bannière ou d’un oriflamme.  L’usage égyptien était de donner des noms à chacune d’entre elles, formant accolés ensuite une phrase. Mais une autre tradition fait remonter ces colonnes à la Kabbale.

« Heureux qui connaît la science de la Kabbale et des nombres » (lettre de Antoine Meunier de Précourt, Vénérable Maître de la Loge Saint Jean des Amis Parfaits à l’Orient de Metz, à Willermoz, 1762).

Lire la suite Kabbale et Franc-maçonnerie : les trois colonnes

Publicités

Les peuples de la mer et la Tradition primordiale

Hällristningar

Les Peuples de la mer est un nom sous lequel est connu un groupe de peuples de l’âge du bronze qui migrèrent vers le Moyen-Orient vers 1200 av.J.C. Ils naviguèrent le long de la côte orientale de la Méditerranée et attaquèrent tous les peuples jusqu’en Égypte. Il existe peu de documents sur ces peuples qui nous renseigneraient sur leurs origines, leurs noms, et la manière dont ils sont devenus une telle force compacte alors que divisés au départ. D’autre part, les textes anciens racontent souvent l’histoire en partie. L’archéologie aide à comprendre les situations qui peuvent contredire les textes, mais les données provenant des fouilles sont aussi rares dans ce domaine.

Lire la suite Les peuples de la mer et la Tradition primordiale

Fontainebleau et Chambord : deux grimoires cabalistique

francois 1erPour le grand historien d’art, André Chastel, rejoint en cela par nombre de ses collègues, des Panovsky à Charles Terrasse et à Sylvie Beguin, la Grande Galerie de Fontainebleau est « un décor chiffré » et même un « roman à clefs », qui n’a pas encore livré toutes ses secrets. Un siècle après son achèvement, le Père Dan avait, certes, donné une première interprétation, liée aux exploits de François ler. Mais, à partir des années 1970 et de la redécouverte de l’Ecole de Fontainebleau, on s’interroge sur la symétrie complexe de l’arrangement des panneaux et sur le contenu du programme iconographique. Luisia Capodieci, historienne d’art a évoqué une dimension de lecture moins connue, celle qui prend en compte le culte européen des symboles et de l’occultisme, omniprésent à l’époque, notamment à Florence, où Rosso s’est formé.

Lire la suite Fontainebleau et Chambord : deux grimoires cabalistique

Cabale Solaire, impressions d’Afrique etc…

Pour un pauvre O d’aphone éclos sur une ardoise

affiche_chatnoir2

Pourquoi consacrer une trilogie à Fulcanelli ?

Lire la suite Cabale Solaire, impressions d’Afrique etc…