Archives pour la catégorie More Geometrico

Sir Christopher Wren ou l’énigme du Grand architecte

wren-st-paul-cathedrale

« The few lodges at London finding themselves neglected ..« 

James Anderson

En 1717 une autre maçonnerie existait bel et bien mais sa mise à mort fut programmée par un quarteron de loges regroupées sous le label grandiloquent de « Grande Loge »… Les protagonistes de cette grande loge se réunissaient au premier étage d’une taverne londonienne à l’enseigne de « L’Oie et le Grill » dans une pièce minuscule ne pouvant pas contenir plus de 15 personnes. Pourquoi et dans quelles conditions, c’est l’objet de cet ouvrage. Sir Christopher Wren tout comme Sir Robert Moray appartenaient de fait à cette « autre maçonnerie » dont la fin est proche et qui se sait condamnée.

Bien des mystères subsistent autour de la figure du plus grand architecte du Royaume de Grande Bretagne et il est difficile de faire la part du vrai dans les omissions, mensonges et  affabulations du rédacteur des constitutions de 1723. En 1720 devant la montée en puissance des « modernes » ou « spéculatifs » – à prendre au sens premier tant leurs liens avec le développement de la future banque de Londres est étroit – l’honorable loge de l’architecte, la loge St Paul Churchyard préfère se saborder et détruit par le feu la totalité de ses archives, il en sera de même pour nombre des loges tories avant que les nouveaux dissidents ne le fassent eux mêmes (voir ce que peut dire Anderson sur la « nécessité qu’il y a eut à bruler les archives des anciens devoirs   » ! Après le grand incendie de Londres en 1666 c’est maintenant le temps des autodafés et des anciennes loges il ne restera plus rien car table rase sera faite sous la conduite des nouveaux maitres.

Lire la suite Sir Christopher Wren ou l’énigme du Grand architecte

Publicités

Nombres premiers et carrés magiques : Tesla et Fulcanelli

 

tesla
Nikola Tesla et Fulcanelli furent deux électriciens de génie, ils eurent d’ailleurs l’occasion de se rencontrer aux USA ( voir Portrait d’un alchimiste du XXème siècle)

Dans notre second ouvrage « l’alchimiste de la république » nous expliquons pourquoi et quels étaient les liens étroits que le Maître et Adepte Fulcanelli entretenait avec les carrés magiques. Ici nous abordons une page méconnue de son ami et collègue Nikola Tesla qui fut avec Fulcanelli le plus grand électricien du temps.

Nikola Tesla fut l´un des plus importants génies de l´humanité. Notre monde ne serait pas le même sans lui. Né le 10 juillet 1856 à  Smijlan, à l´époque où cette localité croate appartenait à l´Empire Autrichien, l´inventeur serbe émigra aux États-Unis où il travailla entre autres avec Thomas Edison, et décéda à New-York le 7 janvier 1943, dans la misère la plus absolue. À la mort du génie, la chambre fut perquisitionnée de font en comble par des agents gouvernementaux (dirons-nous) qui allèrent jusqu´a démonter et emporter le parquet, à la recherche de toute note ou nouveau travail du génie, mais surtout de son journal.  à venir …

Lire la suite Nombres premiers et carrés magiques : Tesla et Fulcanelli

La Pierre rejetée des bâtisseurs

lapis_couv

Collection More Géométrico

C’est à Jésus que fait référence cette citation de l’Evangile. La pierre destinée à prendre sa place dans l’édifice du temple de Dieu est rejetée par tous ceux qui considèrent qu’elle n’est pas digne de prendre cette place dans l’édifice. Trop fragile ou décalée. Pas adaptée. Pas conforme aux normes. Mais cette pierre rejetée peut devenir la pierre d’angle. Pour les amis de Jésus, c’est lui, l’exclu, l’ami des exclus, qui est devenu la pierre de fondation.

Lire la suite La Pierre rejetée des bâtisseurs

Le secret de René Descartes (2)

Supernova3

Les 3 songes.                                                                                       

À cette période, René Descartes est en pleine quête de connaissance. Il vient de résoudre deux des trois pro­blèmes mathématiques – ce qu’aucun savant depuis l’Antiquité n’avait réussi à faire –, à savoir la duplication du cube et la trissection de l’angle. En mars 1619, il annonce à son ami Isaac Beeckman qu’il travaille à fon­der « une science toute nouvelle […] une méthode univer­selle qui va au-delà des mathématiques » et permet de résoudre toutes sortes de questions. Il ressent une exal­tante jubilation de l’esprit, tout heureux qu’il est d’avoir trouvé les fondements d’une science admirable. Il passe la journée du 9 novembre à méditer sur l’objet de sa quête. C’est alors que dans la nuit, près d’Ulm, il fait trois songes qui vont bouleverser son existence. Dans le pre­mier, il est poussé par un vent impétueux vers un mys­térieux collège où il rencontre un homme qui lui donne un melon. Il se réveille et, craignant que ce rêve ne soit l’oeuvre d’un mauvais génie, fait une prière. À peine se rendort-il qu’il fait un deuxième songe, suivi d’un troi­sième. Dans ces songes, on lui présente un dictionnaire et un recueil de poésies où la philosophie est jointe à la sagesse. En consultant ce recueil, il tombe sur ces mots : « Quel chemin suivrai-je dans la vie ? »

moregeometricoL’interprétation de ces trois songes a suscité de nom­breux commentaires. Comme l’ont constaté plusieurs auteurs, les événements qu’il vécut au cours de ces rêves ressemblent à plusieurs épisodes relatés dans Les Noces chymiques de Christian Rosenkreutz. René Descartes a conscience d’avoir vécu une expérience fondamentale et tente aussitôt de l’analyser.

Il juge ces songes si importants qu’il les retranscrit dans un recueil qu’il intitule Olympica (en fait un mot codé). Cette expérience lui apporte la confirmation qu’il est sur la bonne voie et que les mathématiques sont une clé essentielle pour comprendre les mystères de la Création. Descartes dira lui-même qu’il s’agit là de « l’affaire la plus importante de [sa] vie », et jusqu’à sa mort, il gardera tou­jours ce texte sur lui. Quatre ans plus tard, en 1623, il est de retour à Paris. C’est alors que son nom se trouve associé à la Rose-Croix.

Voir ici pour commander

ban_moregeometrico

Voir ici

Le secret de René Descartes (1)

moregeometricoRené Descartes et la Fable du Monde. On connaissait ou croyait connaitre le philosophe mais c’était mal connaitre l’Homme qui a gardé plus d’un secret dont certains ne font que de nous parvenir aujourd’hui tant sa stature est immense. Si Fulcanelli devait avoir un prédécesseur nul doute que René Descartes assumerait parfaitement cette fonction, lui qui fut à la fois Philosophe, Géomètre, cosmologue et arpenteur de l’Art Royal. Bien loin de l’idée que l’on e fait de lui habituellement, sait-on seulement que son enseignement fut interdit en France pendant plus d’un siècle et qu’il faudra attendre 1824 pour que son nom réapparaisse ! .. Sur l’homme, sa vie, ses oeuvres on va de surprise en surprise, c’est que nous allons tenter d’expliquer.

Descartes et les R+C

Plusieurs historiens de l’ésotérisme ont voulu faire de René Descartes un Rose-Croix, au sens fort du terme. L’un des principaux responsables de cette position est l’évêque d’Avranches, Daniel Huet. En 1692, sous le pseudonyme de G. de l’A., il publia Nouveaux mémoires pour servir à l’histoire du cartésianisme, une satire qui prétend faire des révélations sur Descartes. On y apprend que celui-ci a importé la Rose-Croix en France et qu’il est l’un des inspecteurs de l’Ordre. Daniel Huet ajoute aussi que le philosophe n’est pas mort en 1650, car il est assuré de vivre cinq cents ans, et qu’il s’est retiré chez les Lapons où il dirige l’Ordre. Ce livre est à l’origine de nombreuses invraisemblances concernant la vie de Descartes. Plus près de nous, Charles Adam, dans son édition des Œuvres complètes de Descartes, tient lui aussi le philosophe pour un initié rosicrucien (1937).

Lire la suite Le secret de René Descartes (1)

Vie de Jamnitzer

roueaveccroix

Voir les planches

Jamizer, Jamitzer, Jammitzer, Gamiczer, l’orthographe de ce nom d’ori­gine slave est aussi diverse qu’est peu connue la vie du personnage qu’il désigne. Sur la Perspectiva corporum regularium, ses nom et prénom sont orthographiés Wentzel Jamitzer. Nous avons adopté l’orthographe de l’érudition moderne, la même que celle de la pierre tombale : Jamnitzer.

L’orfèvre viennois, Hans Gamitzer, l’aîné, se fixa à Nuremberg à une date non précisée. Il mourut vers 1548. Son fils Wentzel, né à Vienne, acquiert la maîtrise dans sa nouvelle patrie en 1534, et se marie la même année. De son mariage avec Anna Braunreuchin naquirent huit fils et trois filles. Trois de ses fils devinrent orfèvres, ses filles contractèrent mariage dans la même corporation. Son fils Wenzeslaus mourut à Paris, où il séjournait pour affaires, l’année de la Saint-Barthélemy. Doit-on conclure qu’il en fut la victime?

Jamnitzer est nommé en 1543 graveur des poinçons de la ville; l’enregistre­ment de cette nomination est accompagné de la mention orfèvre très habile. Il est nommé échevin en 1573. Très soucieux du perfectionnement dans sa corpora­tion, il imposa aux futurs maîtres l’exécution d’un chef-d’oeuvre plus difficile qu’auparavant, un bocal d’apparat bosselé et repoussé au marteau en partant d’une feuille d’argent.

Soucieux de rendement, Jamnitzer employait dans son atelier une machine à empreindre des ornements sur des bandes de métal qui se retrouvent non seule­ment incorporées à ses propres travaux courants mais furent également cédées à des travailleurs sur cuir, des cartonniers, des relieurs.

Parmi ses travaux les plus importants mentionnons le Künstlichen Schreibtisch, bureau fastueux orné de figures pour l’électeur de Saxe, et ren­fermant des instruments scientifiques. La description de ce bureau et les croquis de certains détails sont conservés au Victoria and Albert Museum. –  Une fontaine de table exécutée pour Rodolphe II provoqua l’enthousiasme des contemporains. Cette pièce s’écrie un admirateur, non seulement révèle à l’oeil la physique et la metaphysique. mais aussi la politique avec bien des secrets poétiques et philosophiques – Un recueil de dessins coloriés mentionné dès 1583, laisse supposer une collaboration avec Jacopo Strada, collectionneur, antiquaire, ingénieur et l’un des intimes de Rodolph II.

Les archives de Dresde font état d’une vente d’instruments scientifiques réalisée par Jamnitzer : Il vendit à l’électeur de Saxe pour 150 florins plusieurs instruments, destinés originellement à l’empereur, à savoir: 3 règles graduées, 1 compas, 1 sphère, et offrit son livre paru en 1568, pour lequel il reçut 30 florins.   Les archives de Prague mentionnent à la date du 17 décembre 1581 le séjour d’un fils de Jamnitzer à la cour

« Il est alloué gracieusement 50 florins rhénans à l’entretien d’Abraham Jamnitzer, bourgeois et orfèvre de Nurem­berg envoyé par son père, Wenzel Jamnitzer, bourgeois et orfèvre de Nurem­berg, avec toutes sortes de singuliers instruments et objets en argent, à la cour de Prague, où il a été retenu par l’empereur Rodolphe II jusqu’au jour ci-dessus mentionné ».

Rosenberg estime à cinq mille le nombre des ouvrages d’orfèvrerie de la famille Jamnitzer. Sur ce total une centaine est actuellement répertoriée, dont cin­quante pièces attribuées avec plus ou moins de certitude à Wenzel lui-même, les autres à ses associés ou successeurs; tout le reste a disparu.

A sa mort en 1585, Jamnitzer laisse une affaire prospère et ses fils et petits-fils continueront à oeuvrer sous la marque d’orfèvre à la tête de lion.

Voir les planches