Archives du mot-clé Fulcanelli

Charles VI le roi fol, disciple d’Hermès

Charles VI, dit « le Bien-Aimé », « le Fou » ou « le Fol » comme il a été surnommé au XIXe siècle (né à Paris, le 3 décembre 1368 – mort à Paris, le 21 octobre 1422) est roi de France de 1380 à 1422. Fils du roi Charles V et de Jeanne de Bourbon, il est le quatrième roi de la branche dite de Valois de la dynastie capétienne.

Ce roi nous a laissé une œuvre que vous pourrez télécharger en fin d’article et voici ce qu’en disait le disciple de Fulcanelli, Eugène Canseliet :

« Entre le surnom de Capet que le fils d’Hugues le Grand reçut, à la fin du Xe siècle, lorsqu’il fut élu roi de France et l’écu armorié des trois lys d’or sur champ d’azur, le rapprochement est à établir.

On connaît, bien sûr, l’ordinaire et sotte explication selon laquelle le duc de France dut, à l’anormale grosseur de son crâne, d’être appelé Capet ; on voulut même que t’eût été choper, à cause d’une sorte de bonnet dont il aimait à se coiffer. Que ne trouve-t-on pas, quand on veut, de toute façon, esquiver la difficulté que l’ésotérisme oppose toujours à sa pénétration réelle !

La simplicité, qui est le sceau de la Vérité, ne demande-t-elle pas qu’on prenne Capet (caput, génitif capitis) la tête, pour le commencement, ou le point de départ. Mieux encore le vocable Capet évoque-t-il le caput mortuum – la tête morte – des traités anciens d’alchimie de la médiévale latinité.

L’écu de France était d’abord semé de fleurs de lys, lesquelles furent réduites à trois par Charles VI, selon que nous permirent de le vérifier, les catalogues illustrés, uniformément magnifiques, et fréquemment somptueux, comme l’est, tout particulièrement, celui des collections de Roger Peyrefitte, qui furent dispersées le 29 avril 1974. Ces catalogues, Jean Vinchon, l’expert national en numismatique, qui est installé au n° 77, rue de Richelieu, à Paris, conserve la gentillesse de nous les adresser, sans qu’il y ait jamais failli. Le curieux d’Art et de Nature trouvera profit à se pencher sur ces images, à visiter ces monuments qui sont ceux de l’Antiquité et de l’Histoire, en même temps que la source permanente des renseignements héraldiques les plus anciens et les plus précieux. Aux monnaies de bronze, d’argent, d’électrum ou d’or, sont adjoints les médailles, les camées, les bijoux et les intailles. La mise en est inépuisable, livrant parfois de merveilleux trésors qui, dans l’oubli, attendaient l’invention, au jour fixé par le destin.

Ainsi fut découvert, voici quelque cinq ans, dans l’abbaye normande de Philippe de Saint-Pierre tout dévoué aux envahisseurs anglais, à la faveur des travaux de restauration, un petit pot rempli de pièces d’or de Jean Le Bon, de Charles V, de Charles VI et, pour la plus grande partie, d’Henri V, roi des Français et de l’Angleterre – Henricus Francoru(m) et Anglie Rex.

C’est ce que nous relevons en exergue, sur un angelot d’or du monarque susdit, qui est mentionné « très rare et superbe », presque à fleur de coin, et qui présente, à l’avers, un ange vu de face, maintenant devant lui, l’un près de l’autre et debout sur leurs pointes, l’écu de France, puis un second écartelé de France et d’Angleterre.

Ceci n’est-il pas suffisamment remarquable, que ce pût être un roi dément qui prit la décision de simplifier semblablement l’écu de sa famille : trois lys d’or, deux et un, sur azur ? Ne sont-ce pas là les trois clous, ou les pointes de fer, qui donnent à l’eau la pureté bleue du ciel ?

Charles VI le fou, fils de Charles V le sage ! Où se tiennent, aurait dit saint Paul, la sagesse ou la folie chez les hommes, de quel côté s’y trouvent-elles, s’exclamerait-il aujourd’hui !

N’est-il pas très étrange aussi, que le seul roi de France, qui fut le bien-aimé pour ses sujets et devint le fou pour l’Histoire, laissa, à l’intention de la postérité, le traité d’alchimie, nettement désigné : L’Œuvre royale de Charles VI Après cela, devra-t-on se montrer surpris, que le souverain débonnaire ait dépêché son Maître des Requêtes, Monsieur de Cramoisy, auprès de Nicolas Flamel, sans qu’il ait contraint l’alchimiste d’aucune manière ? »

Télécharger « l’œuvre royale de Charles VI »

du Vitriol des Sages : le cadran solaire d’Holyrood

« Pour  nous, ce petit monument n’a pas simplement et uniquement pour objet d’indiquer l’heure diurne, mais encore la marche du soleil des sages dans l’ouvrage philosophal. Et cette marche est réglée par l’icosaèdre, qui est ce cristal inconnu, le Sel de Sapience, esprit ou feu incarné, le gnome familier et serviable, ami des bons artistes, lequel  assure à l’homme l’accession aux suprêmes connaissances de la Gnose antique. » Fulcanelli

Derrière cette humble demeure philosophale nous avons là une illustration magnifique du scel hermaphrodite ou pierre de multiplication et il n’est pas étonnant que l’Adepte s’y soit attardé aussi longuement.

Holyrood se traduit par sainte croix et désigne donc un endroit sacré, mais son autre signification se rapporte à une unité de mesure de surface équivalente à un quart d’arpent (10 acres). Quand on connait les raisons qui amènent l’Adepte à Édimbourg ceci ne manque pas de piment !

Lire la suite du Vitriol des Sages : le cadran solaire d’Holyrood

Testament de la transmutation métallique du Cosmopolite

cosmopolite5

Le troisième opus d’Alexandre Seton retrouvé et publié pour la première fois !

La première édition de cet ouvrage est épuisée, il s’agit de la réimpression d’une seconde édition, brochée, uniquement augmentée d’une introduction de 25 pages. Le reste du texte est identique à la première édition.

Lire la suite Testament de la transmutation métallique du Cosmopolite

Coeur mystique et Pierre alchimique

pierre-de-fondation-alchimie-marseille

A l’occasion de fouilles sur les soubassements du quartier de la Bourse une pierre d’un grand intérêt fut mis à jour. Elle fut trouvée dans la tour nord et sa datation (1716) écarte en principe toute référence à la Franc-maçonnerie inexistante à Marseille à cette époque.

Lire la suite Coeur mystique et Pierre alchimique

La révélation de Karnak et le mètre étalon

metre

« Les Egyptiens connaissaient le mètre, ce qui est fréquemment démontré. Deux lignes peintes sur un édifice de la 3e dynastie sont espacées d’un mètre. Cette utilisation du mètre n’est pas un cas isolé, on peut la rencontrer dans des milliers de cas. » Schwaller de Lubicz

En France le dernier gardien du mètre n’était autre que Fulcanelli (Président de la commission des poids et mesures – BIPM, voir tome 1 « Portrait d’un adepte du XXème siècle » ) et c’est en rapport avec celui-ci et ses travaux de géodésie (dont il était l’un des pionniers) qu’il prépara son dernier ouvrage »Finis Gloriae Mundi »  jamais publié et dont il ne reste que des bribes éparses. Son aventure avec le mètre reste particulièrement exemplaire et il en fera discrètement référence dans les ouvrages connus comme les Demeures Philosophales. La question qui se pose alors est : pourquoi le mètre étalon est-il si important  et quel importants secrets recèle t-il ?

etalons-metre
Le mètre en platine iridié. Le mètre fut officiellement défini pour la première fois le 26 mars 1791 par l’Académie des sciences comme étant la dix-millionième partie d’un quart de méridien terrestre. En juin 1792, Jean-Baptiste Joseph Delambre fut chargé de mesurer la distance entre Dunkerque et Rodez pendant que Pierre Méchain mesura celle de Barcelone à Rodez. Ils devaient se retrouver à Rodez. Cela permit d’établir précisément la valeur du mètre. Le dernier gardien du mètre n’était autre que Fulcanelli.

Lire la suite La révélation de Karnak et le mètre étalon

In Ictu Oculi, les sources

In ictu oculi est une locution latine signifiant « en un clin d’œil ». Son origine peut se trouver dans un passage de la Bible : « In momento, in ictu oculi, in novissima tuba » (1 Cor. 15:52), qui est lui-même traduit du grec ἐν ἀτόμῳ, ἐν ῥιπῇ ὀφθαλμοῦ, ἐν τῇ ἐσχάτῃ σάλπιγγι, que l’on traduit  par « en un instant, en un clin d’œil, à la dernière trompette ».

Lire la suite In Ictu Oculi, les sources