Archives du mot-clé Jules Violle

Nikola Tesla et Fulcanelli : deux génies de l’électricité, deux « illuminati »

nikolatesla

Nicolas Tesla et Fulcanelli se rencontrèrent en 1893 à l’occasion de la Columbian Exposition de Chicago sur le pavillon de l’électricité qui était alors sous la responsabilité de la nouvelle compagnie Westinghouse. L’Adepte en gardera toute sa vie un souvenir ému et puissant. A son retour et quelques années plus tard il adaptera et intégrera certains des procédés de Tesla dans la recommandation des paratonnerres de type « Niagara » en tant que responsable de la société des électriciens de France, un embryon de ce qui allait devenir bien plus tard EDF ! …  Avec son ami Jules Verne, Fulcanelli fut un fervent prophète et visionnaire de l’électricité dont il assura pendant des années le cours aux futurs ingénieurs de l’École Normale Supérieure.

Lire la suite Nikola Tesla et Fulcanelli : deux génies de l’électricité, deux « illuminati »

si Fulcanelli m’était raconté …

Johan Dreue Fulcanelli Canseliet

Si Fulcanelli m’était raconté …

Que n’ai-je été raillé ! et parfois vilipendé par ce cénacle, digne d’une petite cour des miracles, qui s’est arrogé un droit de propriété intellectuelle sur  l’Adepte en oubliant que je fus le seul à avoir rendu au niveau national l’hommage qu’il méritait à son disciple déclaré, j’ai nommé Eugène Canseliet … Dans le second volume de ma biographie j’attire l’attention sur un point qu’il conviendra de résoudre prochainement : le silence du disciple faisant écho à la discrétion de son vivant du Maître.

Lire la suite si Fulcanelli m’était raconté …

Jules Verne et Fulcanelli R+C

julsverneviolle
Robur le Conquérant à lire comme R+C

Par bien des points, ces deux hommes au travers de leurs voyages extraordinaires réciproques purent confronter leurs idées et expériences, mais sait-on seulement qu’ils avaient en commun au dessus de tout, la passion du plus lourd que l’air et c’est en hommage à ces deux hommes que lors de la création de la première compagnie française de transport aérien la crevette, une sorte d’hippocampe fut adoptée comme blason de la compagnie … Nous aurons l’occasion de développer plus en avant ce sujet dans le troisième volume de notre Opus.

Lire la suite Jules Verne et Fulcanelli R+C

Théorie alchimique de la Fin du Monde

In Ictu Oculi (In the Twinkling of an Eye), Juan de Valdés Leal
In Ictu Oculi, tableau de Valdés Léal

de la Pierre Universelle découlent à la fois le REBIS des sages ou Grand Œuvre minéral et toutes les voies fermentée, voies métalliques ainsi que celle desdits particuliers. Si le Phénix est le symbole de la Pierre Universelle, la Salamandre est celui du REBIS.

Le troisième volume de la trilogie consacrée à l’Adepte. On y trouvera les raisons qui ont amené ce dernier à composer ce singulier ouvrage dans la suite logique de ses travaux, ce que l’on sait moins c’est que l’origine de ce travail prend ses sources non pas avec la célèbre croix d’Hendaye (rendue célèbre par la description qu’en fit l’Adepte) mais avec le cadran solaire d’Holyrood d’Edimbourg et nous en donnons les raisons.

Lire la suite Théorie alchimique de la Fin du Monde

Chevaliers d’Héliopolis au Chat Noir

deuxième chat noir
le deuxième Chat Noir, celui que fréquenta l’Adepte

A propos du chat, beaucoup d’entre nous se souviennent du fameux Chat-Noir, qui eut tant de vogue sous la tutelle de Rodolphe Salis ; mais combien savent quel centre ésotérique et politique s’y dissimulait, quelle maçonnerie internationale se cachait derrière l’enseigne du cabaret artistique ?  Fulcanelli

Lire la suite Chevaliers d’Héliopolis au Chat Noir

Fulcanelli et l’apanage adeptal : au nom du Roi

Précédemment nous avions évoqué comment le magistère Royal pouvait être entendu à la lettre et non au figuré. A cet effet – et ce sera notre dernière concession à la vulgate -, nous pouvons révéler à ce stade (à suivre dans notre ouvrage) les liens Ô combien étroits entretenu par l’Adepte avec les institutions royales. Il peut donc être délivré ceci – à mettre en rapport avec les nombreuses références qui parsèment son oeuvre, aux différents ordres de chevalerie et à la famille Royale – qu’en son sein, la qualité éminente de Chevalier de l’Ordre de Saint Louis était acquise. Cet ordre électif entre tous avait été crée par Louis XIV le 5 avril 1693 pour récompenser ses officiers les plus valeureux et y être distingué ne relevait pas comme aujourd’hui de la légion d’honneur !… L’Adepte en était particulièrement fier comme des autres cercles qu’il animait parfois de sa bienveillante présence (Voir Louis d’Estissac).

croix_chevalier
Ordre royal et militaire de Saint-Louis

 

L’insigne était composée d’une croix de Malte blanche et or, portant des fleurs de lys aux angles. Au centre se trouvait un médaillon portant l’inscription « LUD(OVICUS) M(AGNUS) IN(STITUIT) 1693 » pour « Louis le Grand l’a institué en 1693 », entourant une représentation de Saint Louis. Selon certains, la couleur rouge du ruban de la Légion d’honneur serait un souvenir de l’ordre de Saint-Louis.

à poursuivre ici en cliquant sur l’image …

En Heliopolis (1)
En Heliopolis (1)