Archives du mot-clé Malkuth

Kabbale et Franc-maçonnerie : les trois colonnes

Jakin et Boaz sont, selon la Bible hébraïque, les noms des deux colonnes d’airain fabriquées par Hiram et placées par le roi Salomon à l’entrée du Temple de Jérusalem (Premier livre des Rois 7,13-22) : « Le roi Salomon […] dressa les colonnes dans le portique du temple ; il dressa la colonne de droite et la nomma Jakin ; puis il dressa la colonne de gauche et la nomma Boaz. »

Les deux colonnes sont en fait un héritage du symbolisme égyptien lié aux pylônes figurant à l’extérieur du Temple surmonté d’une bannière ou d’un oriflamme.  L’usage égyptien était de donner des noms à chacune d’entre elles, formant accolés ensuite une phrase. Mais une autre tradition fait remonter ces colonnes à la Kabbale.

« Heureux qui connaît la science de la Kabbale et des nombres » (lettre de Antoine Meunier de Précourt, Vénérable Maître de la Loge Saint Jean des Amis Parfaits à l’Orient de Metz, à Willermoz, 1762).

Lire la suite Kabbale et Franc-maçonnerie : les trois colonnes

Publicités

de la Chekhina à Gaïa, Guillaume Postel apôtre de l’Esprit Saint Féminin

Chékinah et Bina : éléments pour une approche du féminin en Dieu

L’Odyssée du Féminin solaire va prochainement aboutir à son terme et sa couleur sera verte, verte comme le vivant végétal.

Si le terme d’âme du monde a de nombreux équivalents, si sa définition pose de multiples problèmes, il en est de même de son homologue en Kabbale, le terme Chekhina. Formé sur une racine hébraïque au début de l’ère chrétienne, ce mot signifie inhabitation de Dieu dans le monde ; mais il a aussi le sens inverse de Dieu demeure de l’homme ; il s’agit donc d’une mutuelle inhabitation. Les chrétiens y voient le plus souvent l’équivalent du Saint-Esprit : mais la richesse et l’imprécision de ce terme en font parfois aussi l’équivalent du Verbe incarné, ou de Marie, ou de l’Église, assemblée des chrétiens.

Lire la suite de la Chekhina à Gaïa, Guillaume Postel apôtre de l’Esprit Saint Féminin